/ Contact / 04.78.17.37.36
/ / / /

ALOPÉCIE DE LA FEMME

 

 

 

L'alopécie féminine peut être aussi d'origine androgénétique mais celle-ci est plus diffuse que chez l'homme. Les femmes ne deviennent pas chauves car elles sont protégées par leurs hormones féminines, au moins jusqu'à la ménopause.

 

Par contre, certains épisodes de la vie d'une femme peuvent entraîner une chute de cheveux qu'il ne faut pas négliger : régimes, grossesses, stress, déficits hormonaux ou pilules mal adaptées.

 

Les examens sanguins et le bilan capilaire associés le plus souvent à un trichogramme permettent de préciser l'origine de la chute de cheveux et d'adapter le traitement.

 

 

 

 


Consultation :

 


 La chute de cheveux chez la femme est :


- soit d’origine andro génétique.
- soit un certain nombre de facteurs seuls, ou associés au fil de la vie entraînant une alopécie chronique diffuse
- soit les deux, génétique et problèmes de santé (accumulation de déficits, problèmes hormonaux, thyroïdiens, etc…).

 

 

Capilloscopie :

 


La capilloscopie permet de pratiquer une densitométrie (nombre de cheveux par cm2 : de 150 à 200 cheveux/cm2) ; de vérifier le diamière des cheveux ; de calculer le taux de sébum ; de contrôler l'état de la tige du cheveu et d'établir la classification de l'alopécie.

 

Pour plus d'information sur la capilloscopie, cliquez ICI.

 

 

Trichogramme :

 


Souvent indispensable chez la femme pour aider au diagnostic, le trichogramme consiste à prélever sur 2 à 3 zones du cuir chevelu une touffe de 25 à 30 cheveux et d'étudier l'aspect de la racine pillaire et les différentes phases du cycle du cheveu (effluvium télogène, effluvium anagène, effluvium mixte, etc...).

 

Pour plus d'information sur la trichogramme, cliquez ICI.

 

 

Bilan sanguin :

 


Le bilan sanguin est effectué de façon systématique en cas d’alopécie chronique diffuse, d’effluvium à répétition à la recheche de :
- Problèmes thyroïdiens, hormonaux
- Déficits en fer, vitamines (B, D, etc), oligoéléments

- Maladie hépathique, auto-immune, etc

 

 

Traitement médicaux :

 

Les traitements médicaux auront pour but la correction des déficits (fer, vitamines…) et de traiter l'alopécie si elle est d'origine andro-génétique :

- minoxidil à 2% ou stémoxydine en application locale
- androcur (anti androgène)
- certaines pilules contraceptives ont des effets positifs sur les cheveux
- spironolactone (anti androgène)
- traitements adjuvants : mésothérapie, lampe et Casque LED

 

Pour plus d'information sur les traitements médicaux, cliquez ICI.

 

Traitements de dernière génération :

Les techniques PRP (Plasma Riche en Plaquettes) et IPRF (Plasma Riche en Fibrine) sont destinées aux patientes atteintes d'alopécie afin de ralentir la chute des cheveux et stimuler la repousse capillaire. Ces deux techniques sont les plus sophistiquées et les plus récentes. La séance débute par une prise de sang, 1 ou 2 tubes qui vont être centrifugé durant 5 minutes afin de récupérer le plasma riche en facteur de croissance puis de le réinjecter sur la zone à traiter à l'aide de micro-aiguilles.

 

 

Micro-greffe Capillaire :

 


La micro-greffe Capillaire, pratiquée à la Clinique Crillon, après avoir si possible stabilisé la chute de cheveux, sera effectuée à partir du Stade II de Ludwig (inférieur à 100 cheveux/cm2).
De préférence chez la femme, on pratiquera la technique bandelette. Il est possible dans certains cas d'associer à la technique bandelettes, la technique FUE (Follicule Unitaire Extractive).

 

Pour plus d'information sur les techniques de micro-greffe capillaire, cliquez ICI.

 


Autres indications :

 

D'autres zones peuvent être greffées en utilisant soit la technique bandelette, soit la technique FUE :
- les sourcils

- la barbe

< Retour Nous contacter
Clinique du Cheveu - 96 rue Crillon - 69006 LYON -